Une épidémie massive d'Ebola se propage à la frontière de la RDC et infecte un enfant de 5 ans en Ouganda

Le 16 mai 2019, des agents de santé de Butembo, une ville située au cœur de la crise du virus Ebola, portent un cercueil contenant une victime du virus Ebola.
agrandir / Le 16 mai 2019, des agents de santé de Butembo, une ville située au cœur de la crise du virus Ebola, portent un cercueil contenant une victime du virus Ebola.

Les responsables de la santé en Ouganda ont confirmé le premier cas d’Ebola dans le pays en raison d’une épidémie massive qui sévit de part et d’autre de la frontière depuis août 2018 en République démocratique du Congo.

L'Organisation mondiale de la santé a annoncé mardi 11 juin qu'il s'agissait d'un garçon de 5 ans de la République démocratique du Congo qui s'est rendu en Ouganda avec sa famille le 9 juin. Le cas du garçon a été confirmé par l'Uganda Virus Institute (UVRI). et il est soigné au centre de traitement Ebola de la ville de Bwera, dans l'ouest de l'Ouganda, à la frontière avec la République démocratique du Congo.

Les responsables de la santé craignent la propagation du virus qui sévit dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri en République démocratique du Congo depuis près d'un an. Les provinces sont situées à l'est du pays et sont frontalières avec le Soudan du Sud, l'Ouganda et le Rwanda. Le 9 juin, l’OMS a notifié 2 062 cas (1 968 confirmés et 94 probables), dont 1 390 décès (1 296 confirmés et 94 probables) lors de l’épidémie. Il s'agit de la deuxième épidémie d'Ebola la plus importante de l'histoire, dépassée seulement par celle de 2014 en Afrique de l'Ouest, qui a enregistré plus de 28 000 cas et 11 000 décès.

Les attaques violentes et la méfiance à l’égard de la population ont gravement entravé la réponse aux épidémies dans la région instable. Des militants ont blessé des secouristes et tué un policier dans un cas. En février, MSF a lancé des procédures médicales après que deux attaques aient partiellement incendié les installations de traitement.

L'Ouganda a déjà vacciné 4 700 agents de santé dans 165 établissements de santé et renforcé la surveillance, car l'épidémie risque de se propager. Le vaccin expérimental utilisé lors de l'épidémie prévient 97,5% des maladies virales, selon des données préliminaires. Des centres de traitement Ebola tels que Bwera ont déjà été mis en place. En outre, l’OMS a envoyé une équipe de réaction rapide pour surveiller les personnes qui ont été en contact avec le garçon et aider à la riposte.

En avril, le Comité d'urgence de l'OMS a conclu que l'épidémie n'était pas une urgence de santé publique internationale qui aurait pu libérer davantage de ressources pour lutter contre la propagation du virus. L'OMS pourrait réexaminer la situation après la propagation du virus à travers une frontière.

Une épidémie massive d'Ebola se propage à la frontière de la RDC et infecte un enfant de 5 ans en Ouganda
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *