Avant Netscape: les navigateurs Web oubliés du début des années 90

Navigateur du monde, unissez-vous!

Navigateur du monde, unissez-vous!

mettre à jour: C'est le week-end du Memorial Day ici aux Etats-Unis et les employés d'Ars ont donc un long week-end conséquent. En 2019, il y a 30 ans que Tim Berners-Lee travaillait au CERN et développait une petite idée connue sous le nom de World Wide Web. Alors que nous surfions tous un peu sur Internet ce week-end, nous avons pensé réviser cet article en soulignant les premiers navigateurs pour que nous apprécions tous Internet Explorer aujourd'hui. Cette histoire a été initialement publiée le 11 octobre 2011 et sera affichée telle quelle.

Lorsque Tim Berners-Lee est arrivé au CERN, le prestigieux laboratoire européen de physique des particules, en 1980, la société l’a chargé d’améliorer les systèmes de contrôle de plusieurs accélérateurs de particules du laboratoire. Cependant, l'inventeur du site Web moderne a remarqué un problème presque immédiatement: des milliers de personnes entraient et sortaient du célèbre institut de recherche, dont beaucoup étaient intemporelles.

"Le grand défi pour les programmeurs à contrat était de comprendre les systèmes qui alimentaient ce fantastique terrain de jeu, à la fois humain et informatique", a écrit plus tard Berners-Lee. "Une grande partie de l'information cruciale n'était que dans l'esprit des gens."

Donc, pendant ses temps libres, il a écrit un logiciel pour remédier à ce déficit: un petit programme qu'il a appelé Inquire. Cela permettait aux utilisateurs de créer des "nœuds" – des pages en style fiche qui étaient liées à d'autres pages. Malheureusement, l'application PASCAL s'exécutait sur le système d'exploitation propriétaire du CERN. "Les quelques personnes qui l'ont vu ont pensé que c'était une bonne idée, mais personne ne l'a utilisée, ce qui a fini par perdre la disquette et donc la requête initiale."

Quelques années plus tard, Berners-Lee est revenu au CERN. Cette fois-ci, il a relancé son projet "World Wide Web" d'une manière qui garantirait plutôt son succès. Le 6 août 1991, il a publié une déclaration du WWW dans le groupe alt.hypertext usegroup. Il a également publié une bibliothèque de code, libWWW, qu'il a écrite avec son assistant Jean-François Groff. Dans la bibliothèque, les participants pouvaient créer leurs propres navigateurs Web.

"Leurs efforts – plus d'une demi-douzaine de navigateurs en moins de 18 mois – ont sauvé ce projet Web financièrement faible et ont lancé la communauté de développement Web", se souvient le Computer History Museum de Mountain View, en Californie. Le premier navigateur le plus célèbre a été Mosaic, produit par Marc Andreesen et Eric Bina du Centre national des applications de superinformatique (NCSA).

Mosaic a bientôt rejoint Netscape, mais ce n'était pas le premier navigateur. Une carte établie par le musée donne une idée de la portée globale du projet initial. Ce qui frappe dans ces premières applications, c’est qu’elles ont déjà élaboré de nombreuses fonctions que nous attribuons aux navigateurs ultérieurs. Voici une présentation des applications de visualisation du World Wide Web avant qu’elles ne deviennent célèbres.

Le navigateur du CERN

Le navigateur WorldWideWeb original de Tim Berners-Lee de 1990 était à la fois un navigateur et un éditeur. C’est dans cette direction qu’il espérait que les futurs projets de navigateurs iraient. Le CERN a rassemblé une reproduction de son contenu formatif. Comme vous pouvez le voir sur l'image ci-dessous, en 1993, il offrait de nombreuses fonctionnalités des navigateurs modernes.

Le navigateur WorldWideWeb original de Tim Berners-Lee fonctionnant sur un ordinateur NeXT en 1993 "src =" https://cdn.arstechnica.net/2011/10/11/screensnap2_24c-4e9445c-intro.gif "width =" 640 "hauteur =" 474

Le navigateur WorldWideWeb original de Tim Berners-Lee fonctionnant sur un ordinateur NeXT en 1993

La principale limite du logiciel était qu'il était exécuté sous le système d'exploitation NeXTStep. Peu de temps après WorldWideWeb, Nicola Pellow, mathématicien du CERN, a écrit un navigateur en mode ligne qui peut également être utilisé dans les réseaux UNIX et MS-DOS. "Tout le monde peut accéder à Internet", explique l'historien de l'Internet, Bill Stewart. "À ce stade, il s'agit principalement de l'annuaire téléphonique du CERN."

Premier navigateur Web du CERN, vers 1990 "src =" https://cdn.arstechnica.net/2011/10/11/nexteditorbw-4e9447e-intro.gif "width =" 640 "height =" 472

Premier navigateur Web du CERN, vers 1990

Erwise

Erwise est venu ensuite. Il a été écrit en 1991 par quatre étudiants finlandais et publié en 1992. Erwise est considéré comme le premier navigateur à offrir une interface graphique. Il pourrait également rechercher des mots sur les pages.

Berners-Lee a écrit une revue de Erwise en 1992. Il a découvert qu'il était capable de gérer différentes polices, de souligner des hyperliens, de permettre aux utilisateurs de double-cliquer dessus, de passer à d'autres pages et d'héberger plusieurs fenêtres.

"Erwise a l'air très intelligent", expliqua-t-il, bien qu'il s'interroge sur une "boîte bizarre qui consiste en un mot dans le document, un peu comme une case à cocher ou un bouton." Ce n'est pas l'un d'entre eux – peut-être une poignée pour autre chose viendra. "

Pourquoi l'application n'est-elle pas lancée? Lors d'un entretien ultérieur, l'un des inventeurs d'Erwise a noté que la Finlande était en profonde récession à l'époque. Le pays n'avait aucun investisseur providentiel.

"A cette époque, nous n'aurions pas pu créer une entreprise près d'Erwise en Finlande", a-t-il déclaré. "La seule façon dont nous aurions pu gagner de l'argent était de le développer pour que Netscape nous achète, mais le gros problème est que nous avons pu atteindre le niveau de mosaïque d'origine avec relativement peu d'effort supplémentaire, ce que nous aurions dû faire. " Je viens juste de finaliser Erwise et de le publier sur plusieurs plates-formes. "

Le navigateur Erwise "src =" https://cdn.arstechnica.net/2011/10/08/erwise5-4e906ce-intro.jpg "width =" 640 "height =" 480

Le navigateur Erwise

ViolaWWW

ViolaWWW a été publié en avril 1992. Le développeur Pei-Yuan Wei l'a écrit à l'Université de Californie à Berkeley avec son langage de programmation basé sur UNIX, Viola. Non, Pei Wei n'a pas joué de l'alto, "c'est juste un raccourci rapide" pour un langage et une application orientés objet interactif, écrivez James Gillies et Robert Cailliau dans leur histoire du World Wide Web.

Wei semble avoir été inspiré par le premier programme Mac HyperCard qui permettait aux utilisateurs de créer des matrices à partir de documents hyperliens formatés. "HyperCard était très convaincant à l'époque, vous savez graphiquement, ce lien hypertexte", a-t-il rappelé plus tard. Mais le programme n'était "pas très global et ne fonctionnait que sur Mac, et je n'avais même pas de Mac".

Cependant, il avait accès aux terminaux UNIX X du système de calcul expérimental de l'UC Berkeley. "J'ai consulté un manuel HyperCard et j'ai juste pris les concepts et les ai mis en œuvre dans X-Windows." Sauf, de manière très impressionnante, il l'a créée par son langage violent.

L'une des fonctionnalités les plus importantes et les plus innovantes de ViolaWWW était qu'un développeur pouvait incorporer des scripts et des "applets" dans la page du navigateur. Cela anticipait la grande vague de fonctions d'applets basées sur Java apparues sur les sites Web à la fin des années 90.

Wei a également mentionné divers "dysfonctionnements" de ViolaWWW dans sa documentation, en particulier l'inaccessibilité des ordinateurs personnels.

  • Non porté sur la plate-forme PC.
  • L'impression HTML n'est pas prise en charge.
  • HTTP n'est pas interruptible et pas multithreading.
  • Le proxy n'est toujours pas pris en charge.
  • L'interprète de parole n'est pas un interprète multithread.

"L'auteur travaille sur ces questions … etc.", a admis Wei. Néanmoins, "un navigateur très décent que tout le monde peut utiliser: très intuitif et simple", a conclu Berners-Lee dans son compte rendu de ViolaWWW. "Les fonctionnalités supplémentaires sont susceptibles d'être utilisées par plus de 90% des" vrais "utilisateurs, mais uniquement par ce que souhaite un utilisateur expérimenté."

Navigateur Hypermédia ViolaWWW "src =" https://cdn.arstechnica.net/2011/10/08/violawwwabout_1-4e906d8-intro.jpg "width =" 600 "height =" 480

Navigateur Hypermédia ViolaWWW

Avant Netscape: les navigateurs Web oubliés du début des années 90
4.9 (98%) 32 votes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *